vendredi 4 novembre 2016

A Hanoï aussi, "the times, they are changin'..."

Comme le chantait notre Nobel de littérature, "the times, they are changin'..." et pour le coup, j'ai eu un sacré choc.
Repartons du début, c'est à dire de ma sortie d'hier matin. Comme, enfin, il ne pleuvait pas et que la lumière était correcte, je suis partie faire un tour dans l'idée d'aller visiter le musée national d'histoire du Vietnam. Je prends la direction "quartier français" aux avenues bordées de bâtiments spectaculaires comme le mythique hôtel Métropole, la bourse et, bien sûr, l'opéra.


L'opéra
Le musée national d'histoire du Vietnam a vu le jour le 26 septembre 2011 en intégrant le musée d’Histoire du Vietnam et celui de la Révolution vietnamienne. Il est par conséquent composé de deux parties. La première dans le bâtiment le plus "classique" contient des oeuvres qui vont des premières traces d'occupation vers - 9000 avant JC jusqu'à 1945. Classées par ordre chronologique (youpi!) les pièces exposées retracent le processus historique du développement du pays notamment marqué par des guerres de résistance aux occupants divers.



Il faut ensuite traverser le carrefour pour aller dans la partie consacrée à la guerre de résistance contre la colonisation française et à la guerre du Vietnam. Des photos, documents et objets divers expliquent l’histoire et la puissance du mouvement anticolonialiste français, l’entrée en politique de Ho Chi Minh, la création du Parti communiste en 1930 et celle du Vietminh. Les commentaires valent d'être lus. Par exemple "le gouvernement fantoche..." "le pseudo gouvernement américain et ses laquais...", toute une époque illustrée par de nombreuses photos qui vont jusqu'à la réunification du pays.  

Puisque le temps le permet, je pousse jusqu'au temple de la littérature (encore!) à l'ouest de la vieille ville. Il a été fondé en 1070 par le troisième empereur de la dynastie Ly et servait à l'origine d'académie confucéenne puis de lieu de passage des concours. On peut y voir des stèles où sont inscrits les noms, les lieux de naissance et les résultats d'examen de 1 307 diplômés de l'académie confucéenne.




Les étudiants sont encore là, quoique moins nombreux qu'au cours du week end. L'une des étudiantes du master NEU-Nanterre m'expliquera que c'est le mois de remise des diplômes et qu'il est d'usage d'aller faire des photos de promotion en habits traditionnels.



En rentant à l'hôtel après ce bain dans l'histoire et alors que je n'étais pas du tout préparée à cela, je tombe sur ... la Fashion week! Brutale prise de conscience que ce monde là change aussi...




Bon, tout ça pour ça? Mais non, une autre grande victoire est advenue : le wifi est libre. Lui... 

dimanche 30 octobre 2016

Périgrinations dans Hanoï

Pour ma première, dernière et unique journée libre à Hanoï, il ne fallait pas se rater. Je profite de l'heure trop matinale pour les groupes de touristes pour me rendre directement au temple Ngoc Soc sur le lac Hoan Kiem. La lumière est vraiment moche; blanche et laiteuse en raison des épais nuages bas qui ne se lèveront pas de la journée. Tant pis pour les photos...
Le pont The Huc

Aujourd'hui c'est le festival Vietnam-Corée et les répétitions ont commencé à 8 heures sonnantes. Les petites poupées en uniforme, les dames endimanchées et les pionniers sont de sortie.



Prochain objectif : le temple de la littérature à quelques kilomètres de là. Il commence à tomber quelques grosses gouttes. Comme les locaux, je sors mon KWay et essaie de tracer mon chemin entre les scooters, les voitures et les cuisines de rues. 
Passage devant la bibliothèque, évidemment ouverte... et quelques beaux bâtiments de l'époque coloniale.

Et comme le petit chaperon rouge, j'oublie mon but initial pour longer la voie de chemin de fer. A vrai dire, ce n'est pas un hasard; j'avais lu un reportage sur la vie au bord de la voie ferrée (à voir ici). C'est vraiment à voir. Au mépris de toutes les règles de sécurité, des familles entières vivent à moins d'un mètre de la voie et, comme d'habitude, vivent et mangent dehors, pratiquement sur les rails! 


Retour vers l'avenue Nguyen Khuyen toujours en direction du temple de la littérature. 
Arrivée devant l'entrée, grosse déception! Un mur de bus est rangée le long du trottoir et une foule immense a envahi l'esplanade où se trouve l'entrée. Beaucoup d'étudiants en uniforme prenant la pose et des nuées de photographes courant d'un groupe à l'autre se pressent autour de la porte principale. Il y en a déjà autant à l'intérieur. Il est urgent de changer de plan! Heureusement, le musée des beaux arts n'est pas loin. 
Le bâtiment, un ancien lycée catholique de filles, date des années trente. A moins d'être un grand amateur d'art bouddhique de la dynastie Ly, ce qui n'est pas mon cas,on peut vite passer le rez-de-chaussée du bâtiment principal. Mais les deux étages supérieurs valent vraiment le coup d'oeil. Le 1er est essentiellement consacré aux peintures sur laque de l'époque coloniale) et de la période des luttes anti-coloniales (1946-1954). 


Au 2ème on trouve la section consacrée à la peinture sur soie, contemporaine et des sculptures d’inspiration socialiste révolutionnaire mais dans un style différent de leurs cousines chinoises ou des soviétiques.

Il est encore suffisamment tôt pour aller vers le mausolée de Ho Chi Minh, un incontournable de la ville. On arrive ici dans le quartier des ambassades qui occupent de splendides villas de l'époque coloniale superbement rénovées, dont celle de Thaïlande, en tenue de deuil.

Décidément, je n'ai pas de chance. Le mausolée est fermé, les jardins en travaux et le musée fait relâche.  Seule la pagode au pilier unique peut être visitée.
<


<
Je continue mon circuit en direction du lac de l'Ouest mais ll'orage menace et je me m'abrite au temple Quan Thanh.
Après cette longue marche, je commence à avoir faim. L'avantage de l'Asie en général et de Hanoï en particulier c'est que l'on peut manger partout et à tout heure. Et en plus, c'est bon! J'avais repéré un restaurant près du temple de la littérature (décidément!); aussi je décide d'y retourner en empruntant un autre itinéraire.
Encore une parade d'étudiants devant Cua Bac Church!
Je marche le long de grands boulevards bordés de bâtiments officiels entourés de hauts murs et de portes fermées et devant ce que je parierais être le plus petit et le plus faux magasin Ikea du monde.
Enfin arrivée au restaurant Koto, il est temps de dévorer un délicieux Bun Cha (pour ceux qui voudraient essayer, la recette est ici) afin de reprendre des forces pour rentrer jusqu'à l'hôtel. Sur le chemin, je croise des marchandes de fleurs, tout près de la gare.
 Mais il se met de nouveau à pleuvoir et, donc, il ne me reste plus qu'à ranger l'appareil photo et à hâter le pas.
  • Itinéraire
Départ de l'hôtel à 7h30 pour un circuit de 15 km passant par les principaux sites du nord ouest de la ville. Pour l'ensemble et sans se presser, il vaut mieux prévoir la journée complète (à gauche, le départ et l'arrivée représentés par le gros point en haut de la carte; à droite, le reste de l'itinéraire).

Petit détail qui a son importance : ne pas croire la météo, la preuve en images :